Art du vitrail : Verres rares et précieux…

De manière générale, les verres utilisés dans l’art du vitrail sont des verres colorés, fréquemment précieux car leur fabrication est souvent complexe et requiert des matériaux particuliers.

Les couleurs ont pour origine, la plupart du temps, des sels de métaux qui entrent dans la composition du verre. Les couleurs les plus précieuses sont les rouges, mauves et roses.

Ainsi, le verre rose à l’or est coloré grâce à des nanoparticules d’or. Il est également appelé verre rouge d’or, verre rouge groseille, ou encore verre rouge rubis à l’or. Les particules d’or fin sont généralement plaquées sur du verre  transparent et la couleur résultante dépend de la taille des particules (du rose clair au violet pourpre profond). Cette couleur, appelée pourpre de Cassius (du nom de l’inventeur, Andrea Cassius (1640-1673)) est un précipité résultant de la réduction d’un sel d’or par un mélange de chlorure stanneux et stannique. La composition de ce verre à base d’or pur est à l’origine de son prix très élevé, qui atteint 1000€/m².

D’autres verres, à base de sels de sélénium, jaune, orange ou vert vifs, sont également des verres très onéreux. Les prix peuvent atteindre 500 à 800€ /m². Les couleurs obtenues sont très vives et permettent d’obtenir des vitraux très lumineux et colorés.

Plus simplement, les verres soufflés, reconnaissables aux bulles contenues dans la masse, sont également des verres précieux, qui entrent souvent dans les verres utilisés pour l’art du vitrail. Ils peuvent être colorés ou bien incolores.

Parmi les autres verres particuliers, parfois rares, on trouve :

  • les verres irisés
  • les verres texturés (cathédrale, diamant, ….) et parmi eux les verres givrés (à l’acide fluorhydrique)
  • les verres miroir (plaquage d’argent qui reflète les images)
  • les verres phosphorescents (des particules de sulfure de zinc se chargent en lumière et la restitue dans l’obscurité)
  • les verres naturels comme l’obsidienne (verre volcanique) et la fulgurite (verre issue de l’action de la foudre sur le sable) ; l’obsidienne est travaillable, la fulgurite est trop fragile pour être utilisée. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s