Les Outils du vitrailliste…

Cet article est consacré aux principaux outils nécessaires à l’art du vitrail.

Les ciseaux 3 lames permettent de couper les gabarits en papier, en éliminant une bande de papier égale à l’épaisseur de l’âme du plomb, ou de celle du cuivre autocollant, suivant le cas.

Pour couper le verre :

  • Le coupe-verre, à l’extrémité duquel se trouve une roulette en tungstène. Ils permettent de faire « chanter » le verre en traçant la ligne de coupe. Certains sont à réservoir d’huile de coupe ; pour les autres, il est nécessaire de lubrifier la roulette dans du pétrole ou de l’huile de coupe. L’un d’entre eux comporte une boule à l’autre extrémité, qui permet de faire détonner le verre (la coupe file le long de la ligne de coupe).
  • la pince à détacher (ou à rompre) : elle est utilisée pour séparer deux pièces de verre quand le verre a été rayé par le coupe-verre.
  • la pince à gruger : elle sert à grignoter petit à petit le verre pour s’approcher le plus près possible de la forme à obtenir sur la pièce de verre, sans utiliser la meuleuse.
  • La pince à ouvrir la coupe : elle se positionne à la fin du tracé et facilite la rupture complète du verre, elle permet de forcer la rayure et d’ouvrir le verre proprement, sans débris.

La meuleuse électrique, ou la pierre carborandum permet de meuler les pièces de verre afin qu’elles soient parfaitement ajustées au gabarit. Elle permet également de rendre dépolies les arrêtes des morceaux de verre afin de faciliter le collage des bandes de cuivre autocollant (dans le cas de la technique Tiffany).

Une pince particulière : la pince à coquiller : elle permet de faire une découpe en forme de coquille sur les bords du verre. Elle est notamment utilisée pour les miroirs et les verres épais.

L’étire-plomb permet de d’allonger les barres de plomb en H ; il permet également de rétablir la droiture des barres de plomb.

Le couteau à plomb permet de couper les barres de plomb à la bonne mesure. L’ouvre-plomb (en métal, en bois ou en pastique) permet d’écarter les ailes de plomb pour acceuillir les morceaux de verre.

Les clous de vitrailliste fixe les pièces de verre sur la planche de montage du vitrail. Les soudures sont réalisées à l’aide d’un fer à souder avec de l’étain pour brasure (ou plus exactement un mélange d’étain-plomb).

Dans le cas du vitrail au plomb, ce dernier est décapé à l’aide de stéarine (solide) ou d’oléine. Pour le vitrail Tiffany, où les pièces de verres sont recouvertes de cuivre auto-collant, le cuivre est décapé à l’aide d’une solution d’acide chlorhydrique et de zinc. Dans ce cas, l’étain peut être noircit avec une patine noire, par exemple.

Enfin, le verre peut être gravé, pour ajouter une signature, à l’aide d’un graveur (qui agit par micro-percussions très rapides).

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s